fbpx
Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Haut

Sarah Dardour-Attali- Articles-

Titres souscrits à la suite d’une augmentation de capital

6 janvier 2020 |

Dans quel cas est-il possible de considérer qu’il ne s’agit pas de titres de participation ?

Lire la suite

Demande de remboursement de CIR : absence de délai imparti à l’administration pour rejeter la demande

6 décembre 2019 |

Par une décision du 6 novembre 2019 , le Conseil d’Etat a confirmé que, en dépit de la réforme du CIR intervenue en 2008 , sa jurisprudence « Madinox » selon laquelle la demande de remboursement de CIR constitue une réclamation au sens de l’article L.190 du LPF continue de s’appliquer, si bien que la décision par laquelle l’administration fiscale rejette une telle réclamation n’a pas le caractère d’une procédure de redressement et les garanties offertes dans le cadre d’une telle procédure ne sont donc pas applicables

Lire la suite

Nouvelles règles anti-abus : un clair-obscur préoccupant

21 février 2019 |

La loi de finances pour 2019 a bouleversé une notion d’abus de droit dont les contours avaient été précisés par la jurisprudence et le législateur. Le contexte nouveau est issu du tiraillement entre les exigences constitutionnelles, celles de l’OCDE et celles de l’Union européenne. Alors que le « verrou de Bercy » a, par ailleurs, été aménagé pour faciliter les poursuites pénales contre la fraude fiscale, espérons que le juge contribuera à rétablir la sérénité. Lire la suite

Produits et charges relevant de taux d’IS différents : la fongibilité reconnue

18 avril 2018 |

Dans une affaire suivie par nos soins concernant une société soumise au régime des SIIC (sociétés d’investissements immobiliers cotées), le Conseil d’Etat a confirmé que les déficits relevant du taux normal de l’IS et les plus-values relevant du taux réduit se compensent. Lire la suite

Intérêts de retard en matière fiscale : une baisse qui n’est pas sans intérêt

29 décembre 2017 |

Avec la forte diminution des taux d’intérêt ces dernières années, le taux d’intérêt en matière fiscale -actuellement 4,8% l’an- ne correspondait plus à la réalité du marché. D’aucuns pouvaient y voir un placement avantageux (en cas de réclamation), d’autres une lourde charge additionnelle (en cas de rectification par l’administration). Lire la suite